archives

news

Cadavre exquis

J’ai passé une semaine en atelier à l’École des Beaux Arts de Toulouse, du 18 au 22 Mars 2013.

L’école organisait une série d’ateliers et de conférences impliquant étudiants, enseignants / artistes et intervenants externes professionnels, dont je faisais parti. Les rendus des différents ateliers étaient programmés pour faire l’objet d’une exposition durant les portes ouvertes de l’école, qui se sont déroulées le week-end en suivant.

J’ai eu le plaisir d’enseigner à des étudiants de deuxième en design & art graphique. Deux étudiants en arts sont venus assister au workshop, pour un total de 19 étudiants.
J’ai été invité à l’initiative de Dany Petit-Armand, qui est leur professeur de multimédia avec qui ils travaillent la création web.

Dans ce cadre là, j’avais prévu de travailler avec ProcessingJS, une version particulière de Processing qui permet d’exporter ses animations dans une page web, ce qui me permettait d’insérer cet atelier dans leur cursus et de partir en terrain connu.

Pour ce projet, j’ai imaginé de travailler sur une forme digitale du «cadavre exquis». Chaque groupe d’étudiants devait travailler sur une base commune, dont certaines caractéristiques seraient directement héritées ou transférées depuis un autre sketch issu de cette base.
La composition globale ne se révelerait qu’à la fin, en mettant côte à côté les projets sur une mosaïque d’écrans et en les faisant communiquer.

Je leur ai proposé de partir sur deux régles simples : deux points à gauche et à droite d’un écran qui naviguent selon une sinusoïde avec la possibilité d’émettre des objets animés sur la corde définie par ces deux points. Les objets qui sortiraient par la droite d’un écran rentreraient par la gauche de l’écran suivant.

Compte tenu du lieu d’exposition (la salle de la Grande Horloge) et de la nature du scénario, nous avions décidé au préalable d’installer les écrans en arc de cercle, ce qui a joué bien entendu sur l’établissement de ces règles.

Les étudiants ont tous joués le jeu, et la création des programmes s’est déroulé dans la bonne humeur avec des idées abstraites, figuratives et loufoques.